Le livre à l’école

article mise à jour : 23 avril 2014
Lorsqu’on va à l’école, c’est qu’on a une soif ardente de connaissances. Les maîtres, les professeurs sont là pour les communiquer dans la mesure de leurs savoirs et compétences. Mais le savoir d’un homme est limité, il ne suffit pas à étancher notre soif.

Comment compléter l’enseignement du maître, du professeur ? En allant dans une bibliothèque. Et si mon école, mon collège ou mon lycée n’a malheureusement pas encore de bibliothèque, j’en cherche une dans mon quartier ou dans ma ville.

Pourquoi chercher des livres ? Parce qu’un livre est une arme de combat, défensive et offensive contre l’ignorance et l’erreur– ces deux fléaux humains.

Comment le livre aide-t-il à combattre l’ignorance ? Parce qu’il est un moyen de connaître des époques que nous n’avons pas vécues, de comprendre des groupes sociaux que nous ne pénétrons pas, que nous ne fréquenterons jamais peut-être.

Le livre, c’est le moyen d’acquérir des idées, de vivre des sentiments qu’on n’a pas eu l’occasion d’acquérir ou de vivre soi-même.

Le livre, c’est aussi un moyen d’éducation, pour se dépasser soi-même. C’est une porte ouverte sur d’autres âmes, d’autres peuples. Grâce au livre, nous nous évadons de nous-mêmes et recevons des leçons utiles, de courage par exemple, de persévérance, de bonté, etc.

Le livre, c’est un véritable moyen de lutter pour défendre ses convictions. Et cela parce que la réalité de la vie, ce n’est pas la sensation, c’est l’activité dans la pensée et dans l’action.

Le livre vous donne du plaisir : son auteur nous offre une image de la vraie vie mais en la maintenant à une telle distance que nous pouvons la goûter sans crainte, sans responsabilité. Le lecteur vit une grande aventure sans que sa paix, sa sérénité en soit troublée. C’est confortable, non ?

En plus le livre est un ami et un ami fidèle, qui ne trahit jamais. Souvent d’ailleurs, le livre est meilleur que son auteur car l’écrivain met dans son ouvrage le meilleur de lui-même. Et c’est une amitié partagée avec des millions d’êtres de par le monde.

Un beau livre ne laisse jamais le lecteur tel qu’il était avant de le connaître. Un beau livre rend le lecteur meilleur.

Alors, bougez-vous et fréquentez la bibliothèque la plus proche !
ET VENEZ AUX 72 HEURES DU LIVRE DE CONAKRY les 23, 24 et 25 avril 2014, au Centre culturel franco-guinéen Kouyaté Sory Kandia.

Une image au hasard ...