Village Guinée : Aboubacar Sylla à cœur ouvert sur la boutique culturelle du CCFG

article mise à jour : 10 juillet 2015
’’Village Guinée’’ créée en octobre 2012 est le nom de la boutique culturelle du CCFG. Depuis, celle-ci a grandi avec la trentaine de partenaires et leurs articles qu’elle compte aujourd’hui. Diplômé en Administration commerciale (comptabilité-gestion) à l’institut supérieur de gestion, Aboubacar Sylla est l’un des gérants de la boutique. A sa rencontre, nous avons été reçu volontiers, il s’est prêté à nos questions autour de ’’Village Guinée’’. Lisez !

Guinée-culture : A ton arrivée à la boutique culturelle, à quoi t’es tu attelé en premier ?

Aboubacar Sylla : A mon arrivée, j’ai trouvé que certains partenaires avaient déjà été choisis. On nous a donc présentés à moi et à Aïssatou qui me seconde dans ce travail, ces partenaires ainsi que leurs produits enregistrés. Des documents de gestion ont été sitôt établis pour rendre le travail correct et faire mention de toutes les ventes.

Guinée-culture : Quels sont les partenaires qui vendent le plus ?

Aboubacar Sylla  : les ventes sont fonction des périodes. Il y a des moments où ce sont les sculpteurs qui vendent le plus. Il y a d’autres où ce sont les artisans de Kindia. Mais dans l’ensemble, c’est Gisèle Conté qui vend le plus car elle offre aux clients une gamme d’articles pour enfants surtout et, cela marche bien.

Guinée-culture : Y a-t-il des articles pour toutes les bourses ?

Aboubacar Sylla : Oui, absolument. Des jouets pour enfants de Gisèle Conté en passant par les livres d’harmattan-Guinée, les pochettes de Guinée-solidarité, les articles des producteurs de la Basse Côte jusqu’au coffre de Mohamed le Touareg, il y en a pour toutes les poches. La promotion des articles compte beaucoup aussi dans ce métier.

Guinée-culture : quels sont les articles qui s’achètent le plus ?

Aboubacar Sylla : ce sont les produits des artisans de Kindia. Il y a aussi que les soirs de spectacles, les articles s’écoulent car le centre culturel reçoit plus de monde qu’en temps normal.

Guinée-culture : Y a-t-il des produits faits sur commande ?

Aboubacar Sylla : Oui, cela arrive parfois. Lorsqu’un client voit un article qui lui plaît et qu’’il veuille un modèle à son goût, on appelle le partenaire de l’article en question. Ils discutent entre eux et celui-ci se charge du flux tendu.

Guinée-culture : que représente Village-Guinée pour vous ?

C’est outre son caractère commercial, un lieu d’échanges et de visites.

Réalisée par Ausmin